Les Zanimaux ou comment démarrer votre atelier dans un zoo !

Quand je démarre un atelier, j’aime bien que l’exercice (appelez-le brise-glace si vous voulez, je reviendrai dessus dans un autre article) initial soit ludique et agréable mais qu’il mette aussi les participants dans le thème qui va être traité ou au moins un de ses aspects.

D’où ca sort ?

Les Zanimaux a été conçu pour lancer un atelier dans lequel différentes directions devaient se mettre d’accord sur un mode de fonctionnement dont la construction nécessitait la collaboration de tous. L’enjeu était d’éviter que chacun pense qu’il détenait la vérité et qu’il pourrait s’en sortir sans les autres.

Comment ca fonctionne ?

Pour apporter cette compréhension aux participants, l’exercice débute en présentant le zoo, c’est à dire des images d’animaux numérotés de 1 à 24 (pas n’importe lesquelles, elles sont choisies dans un but précis)

Ensuite, chaque participant doit « piocher » une carte bleue sur le site suivant : http://animaux.ludik.ovh/cartes1. Pour piocher, il suffit de cliquer sur une des lettres, peu importe laquelle.

Demandez ensuite à chacun de « Trouver le bon animal ». Chaque carte contient une description succincte d’un animal en trois éléments. A priori, ce ne sera pas le même animal pour tous, ça dépend de leur choix de carte. Mais l’ambiguité de l’instruction est volontaire pour que chacun imagine qu’il doit trouver seul un animal.

Quand vous avez pioché une carte, il n’est pas possible d’en piocher une autre, même en rechargeant la page :-). Ceci dit, j’ai installé un petit truc pour pouvoir repiocher, mais ca ne doit pas être fourni aux participants, c’est seulement si vous en avez besoin pour lire les cartes http://animaux.ludik.ovh/reinit.

Ensuite, donnez la même instruction que précédemment – « Trouvez le bon animal ! » – mais en leur demandant de piocher une carte orange sur cette page : http://animaux.ludik.ovh/cartes2. Cette fois-ci, chaque carte ne contient qu’une seule information (il y a 6 paires de cartes, chaque paire de cartes contient la même information) et les participants doivent s’organiser pour trouver un seul animal, mais surtout ne leur dites pas ! Dans un premier temps, ils peuvent croire qu’ils doivent à nouveau trouver seul un animal.

En quelques minutes en général, ils auront collectivement trouvé le bon animal (avec ces informations : je suis gris, je vis dans la savane, j’ai des dents pointues, je suis fort, j’ai de grandes oreilles).

En ce qui concerne les règles, il n’y a aucune interdiction, ils font ce qu’ils veulent ! Donnez le minimum d’instructions et répondez aux questions quand elles sont posées, mais n’anticipez pas !

L’exercice peut aussi fonctionner sur place, en affichant les animaux au mur, et avec de vraies cartes ou en utilisant des QR Codes et les smartphones. La proximité va simplifier le partage d’informations, donc ce sera moins efficace qu’à distance, probablement.

Si vous voulez jouer en anglais, utilisez pour la première étape le lien suivant : http://animaux.ludik.ovh/cards1. Et http://animaux.ludik.ovh/cards2 pour le deuxième lien.

Morale de l’histoire ?

Il y a un petit enjeu d’auto-organisation, surtout à distance, qui est assez amusant !

La morale principale est que personne ne détient toute la vérité mais seulement une partie et qu’il faut collaborer pour réussir. Ca parait évident mais il faut régulièrement le rappeler dans les structures élaborées qui fabriquent des produits complexes utilisant de très nombreuses compétences !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.